Ce n’est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes – Félix Leclerc

Utiliser le CV virtuel (vidéo) dans sa recherche d’emploi : Une stratégie gagnante selon une recherche menée par l’Université Laval
mai 28, 2019
Les compétences génériques et transférables, des passe-partout qui peuvent ouvrir plus d’une porte!
août 22, 2019
Pour avoir travaillé durant les 10 dernières années auprès des personnes de 50 ans et plus (moyenne d’âge de 57 ans) en recherche d’emploi, il est clair que tous ceux que j’ai rencontrés sont extrêmement motivés à continuer de mettre à profit leurs talents, leurs compétences et leur vaste expérience.

Il existe différentes raisons pour que lesquelles les travailleurs expérimentés se retrouvent sans emploi. La majorité du temps, ce n’est pas une question d’incapacité. Dans la dernière décennie, le mot « restructuration » a été bien à la mode. Ce mot est trop souvent synonyme de mise à pied! Un certain type de gestionnaire aime teinter l’entreprise de ses couleurs lorsqu’il est fraichement engagé. Souvent embauché pour apporter des changements, celui-ci peut décider de remodeler l’entreprise et parfois ce remodelage se fait en élaguant de vieilles branches, même si celles-ci donnent pourtant de très bons fruits!

Est-ce que les gens qui restructurent auraient intérêt à attendre la récolte avant de couper? Les employeurs doivent conserver leurs employés expérimentés et leur offrir les conditions qu’ils méritent, c’est un gage de maintien en emploi, une denrée rare de nos jours. C’est aussi vrai pour ceux qui sont en recherche d’emploi, ce n’est pas parce qu’ils sont sans travail qu’ils doivent être mal rémunérés lorsqu’ils sont embauchés. L’intégration et le maintien en emploi, c’est une question d’équité. C’est ainsi que l’expression « gagnant/gagnant » prend tout son sens.

Ceci dit, nous pourrions diviser les chercheurs d’emploi de 50 ans et plus en deux catégories. La première, à mon avis la plus importante en nombre d’individus, est celles où les gens veulent continuer à relever des défis en utilisant leur plein potentiel, tout en étant prêts à apprendre de nouvelles façons de faire et de nouvelles connaissances. La deuxième catégorie est davantage constituée de personnes qui désirent continuer à travailler sans que cela soit nécessairement dans leur domaine d’expertise, à temps plein ou à temps partiel avec un salaire qui sera moindre que leur dernier emploi. Ils ont relevé de nombreux défis dans leur vie professionnelle et veulent maintenant  s’occuper, tout en restant consciencieux et professionnels, ils veulent se sentir utiles.

En résumé, jeune ou vieux, peu importe l’âge, les deux choses les plus importantes en emploi, c’est la motivation et la capacité. Et ça, les 50 ans et plus en ont à la caisse!

 

Richard Plouffe, Conseiller en emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *