Employeur recherche « LA » bonne attitude!

action-emploi-granby-cowansville-saint-hyacinthe-6
Après plus de 20 ans de loyaux services!
août 31, 2018
action-emploi-granby-cowansville-saint-hyacinthe-3
Temps plein, temps partiel ou retraite?
août 31, 2018
Tous
action-emploi-granby-cowansville-saint-hyacinthe-5
« L’attitude est le pinceau de l’esprit. Elle colore toutes les situations. » – Alexander Lockhart.

Par définition, l’attitude est une disposition (état d’esprit), favorable ou non, à l’égard d’une situation, d’une idée, d’une personne ou d’une chose. À compétences égales, un recruteur optera pour le candidat qui démontrera le plus de motivation.

Même si l’employeur croit que vous possédez toutes les qualifications et les compétences pour exercer les tâches que requière le poste, il recherche aussi quelqu’un avec le bon état d’esprit. Il veut embaucher une personne qui sera heureuse de venir travailler, qui aura le goût d’apprendre, de s’engager, de développer un sentiment d’appartenance et de fierté au sein de son entreprise.

Toutefois, ce serait faux de dire que la considération salariale et les conditions de travail n’ont pas d’influence sur la motivation des employés. Travailler au salaire minimum et avoir de la difficulté à joindre les deux bouts est un sujet d’actualité et un débat de société. Les employeurs auraient avantage à réfléchir au sujet de cet enjeu et dans certains cas,  revoir leur façon de penser et faire les ajustements qui s’imposent pour maximiser le maintien en emploi et l’engagement de leurs employés. S’ils ne veulent pas de travailleurs qui ne sont là que pour la paie, ils doivent tout de même admettre que si eux ne faisaient pas de profits, ils fermeraient boutique.

Cela dit, beaucoup de travailleurs ont un très bon salaire et de bonnes conditions, mais ne donnent pas toujours le rendement attendu. Ce genre d’employé est parfois motivé au début, mais l’enthousiasme s’étiole au fil du temps. Étant donné que les emplois parfaits sont rares, il est normal d’avoir certaines tâches moins plaisantes à exécuter. Si la personne commence à focaliser sur ce 15 ou 20 % de tâches qu’elle aime moins, elle risque de créer un état de mini dépression situationnelle, ce qui entraîne un manque d’objectivité. Le travailleur se rend lui-même malheureux en laissant de côté l’appréciation du reste de ses tâches et devient démotivé et moins productif.

Il n’y a pas de formule magique, tout est dans l’attitude. Nous devons entretenir la motivation qui nous a poussés à occuper le poste en pensant au plaisir que cela nous procure, en se concentrant sur nos forces et nos aptitudes, en voulant continuer à apprendre tout en améliorant nos points faibles graduellement. Et vous, avez-vous la bonne attitude?

Richard Plouffe, Conseiller en emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *