Les compétences génériques et transférables, des passe-partout qui peuvent ouvrir plus d’une porte!

Ce n’est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes – Félix Leclerc
juillet 3, 2019
Objectif Emploi – Centre d’emploi agricole de l’UPA
septembre 16, 2019
Ce n’est jamais agréable d’avoir la sensation de ne pas être à la hauteur ou pas assez compétent pour le travail demandé. Beaucoup de gens remettent en question leurs compétences lorsqu’ils quittent un emploi. Pourtant, la majeure partie du temps, ils ont acquis et développé de nouvelles aptitudes lors de cette dernière expérience. Celles-ci et toutes les autres que la personne possède peuvent être transférées dans différents domaines professionnels.

Tout d’abord, séparons les compétences en trois catégories. Il y a les compétences génériques qui font partie intégrante de la personnalité d’un individu. Autrement dit,  il les possède sans avoir eu besoin de se les faire enseigner. Voici la liste des principales : sens des responsabilités, sens du travail bien fait, capacité à travailler sous pression, sens des relations interpersonnelles, capacité d’effectuer un travail répétitif, sens de l’organisation, capacité à travailler en équipe, ténacité, initiative, confiance en soi, leadership, capacité d’adaptation, créativité. Il est rare qu’une personne possède toutes ces aptitudes réunies. Cependant, la plupart des gens en ont plus ou moins la moitié, ce qui est déjà beaucoup. Ces compétences sont comme une seconde nature, ce qui fait que la personne fait son travail de manière tellement naturelle, qu’elle en oublie, parfois en entrevue, de nommer qu’elle détient ces compétences génériques et pourtant, se sont souvent les plus recherchées par l’employeur.

La seconde catégorie est constituée des compétences acquises dans une maison d’enseignement ou en entreprise. Celles-ci demandent régulièrement des mises à jour. Peu importe le domaine, que cela soit en usine ou dans un bureau, si l’électronique et l’informatique sont impliquées dans les tâches de travail, les travailleurs doivent faire preuve d’adaptation. Ce sont des compétences que nous pourrions nommer « évolutives », l’employé doit donc évoluer et se mettre à jour. De plus, il y aura toujours une période d’intégration en entreprise. Pour les mêmes compétences, les méthodes peuvent être différentes d’un employeur à l’autre.

Les compétences qu’une personne a développées dans sa vie privée sont la troisième catégorie, par exemple : un camionneur de métier a construit sa maison et son garage; une technicienne en laboratoire pratique l’horticulture depuis une vingtaine d’années; une mère au foyer, épouse d’un cultivateur, fait de la comptabilité depuis 15 ans. Même si ces personnes n’étaient pas rémunérées ou n’avaient pas d’employeurs officiels, elles ont développé leurs talents et leur potentiel, ces capacités et intérêts peuvent très bien être transférés dans un domaine professionnel.

Lorsqu’une personne connait bien ses forces et les associée à ses intérêts et ses motivations, cela lui procure un excellent passe-partout qui peut ouvrir plus d’une porte. Car, chaque profession admet une diversité de travailleurs, de même que chaque personne peut exercer plus d’une profession dans sa vie.

Richard Plouffe, Conseiller en emploi

1 Comment

  1. Jose dit :

    Salut! Merci. Informations pertinentes

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *