Objectif Emploi (Épisode 6)
mars 16, 2022
De mission jusqu’à démission
septembre 1, 2022

La pénurie de main-d’œuvre actuelle, qui touche la majorité des secteurs d’activités, fait en sorte que le « choix » a basculé du côté des chercheurs d’emplois. L’époque où les employeurs avaient l’embarras du choix avec  de belles banques de candidatures potentielles est révolue. C’est maintenant au tour des employeurs de se démarquer, de séduire et d’être capables de fidéliser leur main-d’œuvre.

En tant que conseillers en emploi, il y a bien longtemps que nous parlons de cette fameuse pénurie. Les chiffres émanant des études démographiques, économiques et sociales parlaient haut et fort. Faisant écho sur la suite logique du phénomène « baby-boomers », les statistiques ne pouvaient arriver qu’à une conclusion : voilà que le tsunami prend sa retraite… dans le domaine de l’emploi. Toutefois, d’ici un peu plus qu’une décennie, il déferlera sur les systèmes de santé, mais ça, c’est une autre histoire.

Même en voulant retenir, ou tout au moins ralentir, le départ des boomers, même en reconnaissant de plus en plus les compétences et la valeur des personnes handicapées et même en allant chercher des personnes immigrantes, cela ne suffit pas à faire fonctionner correctement de nombreuses entreprises et de nombreux secteurs des services.

Faute de personnel, automatisation, électro mécanisation, robotisation, libre-service, ces mots qui pouvaient causer bien des maux aux travailleurs d’une certaine époque sont, depuis déjà un petit bout de temps, devenus une nécessité. Beaucoup d’entreprises ont vu venir le coup et se sont adaptées aux changements technologiques pour rester concurrentielles, tandis que d’autres ont manqué le bateau et se retrouvent avec de l’équipement désuet en plus du manque d’employés.

Après ce long virage technologique, les employeurs ont à faire face à un défi tout aussi important, sinon encore plus, celui des ressources humaines. Le Québec connait actuellement l’un des plus bas taux de chômage jamais enregistrés, ce qui veut dire que ce sont les chercheurs d’emploi qui ont le beau jeu. Pour cette raison, les employeurs doivent redoubler d’imagination pour recruter et conserver leur capital humain.

Jusqu’où une entreprise est-elle prête à aller pour offrir de meilleures conditions de travail à ses employés tout en atteignant ses objectifs? Car, mis à part les augmentations salariales, il y a la qualité du milieu de vie qu’est le lieu de travail. Du recrutement jusqu’au maintien en emploi, les façons de faire doivent faire peau neuve en ouvrant la porte à de nouvelles idées davantage orientées vers les besoins des individus. Alors, qu’à une époque pas si lointaine, nous disions aux chercheurs d’emploi; « Pourquoi êtes-vous le candidat idéal? » Maintenant, c’est aux employeurs d’y répondre; « Pourquoi êtes-vous l’employeur idéal?

Richard Plouffe, Conseiller en emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *