Pas de vacances pour les chercheurs d’emploi?

De mission jusqu’à démission
septembre 1, 2022
Cohésion ou collision dans un groupe de travail
octobre 19, 2022

Ce n’est jamais évident de chercher un emploi et peut être encore moins durant la période estivale. En plus des belles journées d’été ensoleillées, de nombreux chefs d’entreprise et responsables des ressources humaines peuvent être en congé durant plusieurs semaines, sans oublier les étudiants et leurs emplois d’été.

Même si cela peut paraitre difficile, cela ne veut pas dire qu’il faille baisser les bras. Il y a actuellement une pénurie de main-d’œuvre dans beaucoup de secteurs d’activités, ce qui fait en sorte que les employeurs ont besoin de travailleurs rapidement, été ou pas. Évidemment, trouver un emploi, c’est bien, le garder c’est encore mieux. Nous partons donc du principe, qu’une personne doit cibler un poste pour lequel elle a de l’intérêt et bien sûr les capacités et/ou les aptitudes pour bien remplir les fonctions que requiert l’emploi.

Il est évident que le stress causé par la perte d’un emploi et la durée prolongée de cet arrêt souvent involontaire peut entraîner une baisse d’énergie significative et avoir un impact direct sur la confiance en soi et la persévérance. L’été, s’il est clément, peut être un bon moment pour recharger ses batteries. Prendre du temps pour soi, jouer dehors, se ressourcer dans la nature, voilà un bon remède à la déprime. Les chercheurs d’emploi ont eux aussi le droit de profiter de l’été, sans pour autant cesser complètement leurs recherches.

Il y a quelques années nous estimions qu’environ 30 % des emplois étaient annoncés, ce que l’on appelle le marché ouvert, et que le 70 % restant, le maché caché, que je préfère nommer le marché cible, n’était pas officiellement annoncé. À cause de la pénurie de main-d’œuvre, ces chiffres ont probablement changé. Il n’en demeure pas moins que la majorité des emplois ne sont toujours pas publiés. Un chercheur d’emploi qui connait bien son objectif a donc tout intérêt à effectuer des recherches dans le secteur d’activités qui l’intéresse même s’il n’y a pas de postes d’affichés.

Même si l’intensité des recherches peut diminuer en milieu d’été, cela laisse du temps pour valider son objectif d’emploi, mettre à jour la liste des employeurs potentiels, revoir son CV, sa lettre de présentation et, pourquoi pas, pratiquer l’entrevue d’embauche. Il arrive aussi, parfois, que l’on récolte ce que l’on a semé quelques semaines, voire quelques mois auparavant. En fait, ça ne prend qu’un seul employeur qui vous dise oui et cela pourrait se produire pendant l’été.

Richard Plouffe, Conseiller en emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *